Forum de Liège, Forum 2015 de la Francophonie together ?

 

liège panneau
Accueillir ainsi des participants à un Forum de la Francophonie, un immense panneau en anglais… ?!! Certes, ce second Forum de la Francophonie affirmait s’orienter vers la « créativité, l’innovation » – pour les jeunes uniquement, les seniors de plus de 35 ans n’étant plus censés créer ou innover – plutôt que vers un état des lieux de la francophonie ; mais alors autant dire Forum de la créativité spécial jeunes générations, ou CYF (Creative Youngsters’ Forum ?) Avec hackathon à la clé. Et avouer franchement que l’innovation, la créativité sont plus glamour en anglais.

Plaisanterie et zeste de mauvaise humeur à part, le Forum fut certainement une réussite, malgré les problèmes d’intendance, et malgré les quelques dizaines de délégués africains auxquels les autorités belges avaient refusé un visa – problème auquel il serait urgent de s’atteler dès à présent si on ne veut pas le voir se poser une troisième fois en 2018.
Il faudrait dire « sera certainement une réussite », puisque tout dépendra de la suite donnée aux projets sélectionnés.

Réunir plus de 1200 jeunes de divers pays francophones était une belle initiative ; ils ont participé aux 86 ateliers, des liens se sont noués, les créateurs de projets ont reçu des conseils, notamment sur la façon de lancer une demande de financement participatif.
Par exemple, le projet Karangue pour aider à généraliser les vaccinations et les visites prénatales : http://www.kisskissbankbank.com/karangue?ref=selection

À l’heure où le français cède trop souvent du terrain pour cause de fermetures d’écoles, centres culturels et autres, on ne peut que se réjouir de voir, une fois n’est pas coutume, le rapport étroit entre économie et place de la langue française dans les pays francophones souligné.
Pour le nouvel administrateur de l’OIF, Adama Ouane,  ce forum vise à affirmer que le français n’est pas uniquement une langue littéraire ou diplomatique, mais également une langue de créativité, d’innovation, de développement économique, du numérique…
Que les plus de 35 ans se fassent une raison, il n’a pas tort non plus d’affirmer qu’il faut promouvoir avant tout la jeunesse, en même temps que mettre l’accent sur l’égalité hommes-femmes. Ces jeunes femmes et ces jeunes hommes ont fait preuve d’un enthousiasme, d’une énergie et d’une envie de changer le monde – francophone mais pas seulement – qu’il faut canaliser et dont il faut faire bon usage. 

Quant au mouvement d’humeur du début, laissons là encore la parole à Adama Ouane :
L’anglais n’est pas une menace, la menace est interne, et non pas externe. Ce sont les francophones qui abdiquent… 

Et aussi