7. De quelques pléonasmes vicieux 2 (C-I)

Brabant, Stéphane .jpg

 

 

 

 

articles précédents : 

introduction 
1. De quelques noms de pays et de régions.
2. De l’emploi abusif de en dans les localisations
3. De quelques calques fautifs de l’anglais.
 4. De l’emploi abusif de en avec certains noms de ville
 5. Des abréviations des titres et fonctions de personne
– 6. De quelques pléonasmes vicieux (A-Co)

 

C

Quidam est un mot latin qui signifie «  un certain  ». Il est passé en français pour désigner une personne dont on ignore ou dont on veut taire le nom. Comme adjectif indéfini singulier et précédant le nom, certain a le sens de «  que l’on ne veut ou ne peut pas préciser  » (un certain nombre, une certaine Catherine). Parler d’un certain quidam, c’est donc insister deux fois sur la non-précision de la personne.

La même remarque vaut pour un certain individu, car individu a souvent le sens péjoratif d’être humain indéterminé, de quidam.

E

«  Pour mettre fin au blocage, le gouvernement a annoncé vouloir réunir ensemble patrons et syndicats grévistes et non grévistes  », a-t-on entendu récemment sur les ondes d’une radio locale. Réunir, c’est d’abord rassembler, mettre ensemble des personnes séparées ou même opposées. Il n’est dès lors pas besoin d’ajouter ensemble.

Et encore à la RTBF, le 14 novembre 2017 à 13 h 15 : «C’est compliqué de se mettre d’accord ensemble.» !

Entendu au journal parlé de 7 h 30 sur les ondes de la RTBF : «À l’issue de leur garde à vue, le juge d’instruction devrait se prononcer sur leur éventuel maintien en détention».  Déjà, «l’issue» n’est pas recommandable. Mieux eût fallu au terme, à la fin. mais «éventuel maintien» constitue en l’occurrence un pléonasme. Il suffisait de dire : le juge devrait se prononcer sur leur maintien en détention.

Et encore, «l’épargnant risquerait de perdre tout ce qu’il aurait éventuellement investi.» (RTBF, 17.11.2017 ; 7 h 34). Vu l’emploi du verbe risquer et du conditionnel, l’adverbe éventuellement est absolument inutile.

Il ne se passe pas de semaine qu’un journaliste n’annonce qu’une enquête a été ouverte «pour déterminer les causes exactes du sinistre» ou «pour connaître les motivations exactes du terroriste». Et les auteurs de ces phrases ne se rendent pas compte qu’ils commettent un pléonasme. Le mot exact étant tout à fait superflu, il peut être supprimé sans nuire à l’intelligence de la phrase.

La phrase, d’ailleurs, n’est-elle pas absurde en elle-même, car qui irait ouvrir une enquête pour connaître les causes inexactes d’un sinistre ou les fausses motivations d’un terroriste ?

F

Un cycle (du grec kuklos, cercle) se termine et revient toujours à son point de départ pour repartir derechef dans le même ordre, qu’il s’agisse d’une suite de phénomènes (le cycle des saisons), de la durée d’une telle suite (le cycle lunaire), du fonctionnement d’un moteur à explosion (cycle à quatre temps). Par essence, il est fermé et rien ne peut venir s’y intercaler. Parler d’un cycle fermé est donc incorrect.

G

Fréquent dans la conversation est au grand maximum. Le maximum est le plus haut degré qui puisse être atteint par quelque chose. Il n’y a pas plus de «grand maximum» que de «petit maximum».

I

Le hasard est la cause d’événements fortuits, qu’on ne peut prévoir. Un hasard imprévu est donc pléonastique.

Le Labyrinthe est un édifice de la mythologie grecque dont le plan complexe rendait l’issue introuvable. Il fut commandé à l’architecte Dédale par la roi de Crète Minos, dont la femme Pasiphaé, séduite par un taureau blanc envoyé par Poséidon, avait mis au monde un monstre mi-homme mi-taureau, le Minotaure. Minos l’y enferma et, pour que le secret en fût bien gardé, il y enferma également Dédale et son fils Icare. Le Labyrinthe est donc un endroit dont, en principe, on ne peut sortir. Il n’est ainsi pas besoin de préciser qu’il est inextricable.

Dédale et son fils toutefois s’en échappèrent par les airs en se fabriquant des ailes de plumes fixées avec de la cire, mais Icare voulut s’élever si haut dans le ciel et se rapprocher du soleil que la cire de ses ailes fondit et qu’il tomba dans la mer.

Pour éviter la redite, on peut parler d’une situation inextricable, d’un dédale inimaginable, d’un écheveau qu’on ne peut démêler ou encore d’un enchevêtrement dont on ne peut se dépêtrer.

 

Stéphane Brabant

Prochain article en janvier 2018.

Et aussi