Chasse aux « faux amis » anglais – 3 (Co)

fauxamis

 

 

articles précédents :

 Chasse aux «faux amis» anglais – 1  (A-BA)
– Chasse aux «faux amis» anglais – 2 (Bo-Ch)

 

 

Un coche était une grande voiture destinée au transport des voyageurs et tirée par de forts chevaux (rappelez-vous la fable de La Fontaine, La mouche du coche). D’où le terme de cocher, conducteur de coche. Quant aux coches d’eau, ils étaient hâlés de même depuis la berge.

En anglais, le sens de coach s’est élargi à diligence (stage-coach), carrosse, wagon, autocar, mais il a aussi pris, en argot universitaire, celui de tuteur étudiant, répétiteur, celui qui tire les autres, moniteur, instructeur et finalement entraîneur et sélectionneur sportif, avant de revenir comme doublet en français avec ces derniers sens.

Competition (du bas-lat. cumpetitio, demande pressante, action de mendier, supplier avec insistance), a, en anglais, essentiellement le sens commercial de concurrence et accessoirement celui de concours (pour un prix). Le mot a été repris en français (compétition), où il s’applique à la lutte simultanée, individuelle ou par équipe, pour un avantage, un prix, un poste, un titre, une fonction.

To contract, c’est, comme en français, contracter et a contractor, c’est un contractant. Mais contractor a surtout le sens d’entrepreneur de construction, d’adjudicataire de travaux, voire de fournisseur de l’armée.

Le verbe to control signifie le plus souvent commander, diriger, maîtriser, et non soumettre à un contrôle, vérifier une liste, un inventaire, un recensement, un état de dépenses, qui est le premier sens du verbe contrôler. C’est tout à fait inutilement que les Français ont intégré le sens anglais.

Ainsi, ils disent fautivement que «les pompiers contrôlent l’incendie» pour dire qu’ils l’ont circonscrit, qu’ils le maîtrisent. Ainsi aussi, ils annoncent que «l’équipe unetelle contrôle la course (cycliste)», pour dire non pas qu’elle effectue un contrôle, mais qu’elle est maîtresse de la course, qu’elle bloque le peloton, qu’elle empêche toute échappée d’un coureur adverse. Ainsi encore, ils parlent de «contrôle des naissances», alors que par birth control les anglophones pensent «limitation, régulation des naissances».

En français, convention a le sens d’accord, de contrat, mais, en anglais, le même mot a aussi le sens d’assemblée, de congrès. Que l’on pense aux conventions démocrate et républicaine aux États-Unis. Dans un tel cas, utilisons plutôt le mot congrès, comme quand les membres du sénat français et de l’assemblée nationale siègent ensemble, par exemple pour modifier la constitution.

Et logiquement, l’adjectif conventionnel signifie «qui se rapporte, qui est conforme à une convention». En anglais toutefois, conventional a le sens de «qui se rapporte aux conventions, aux convenances sociales», et, par extension, «qui est ordinaire, habituel». Cessons donc de parler d’«armes conventionnelles», lesquelles n’ont rien de conventionnel, mais plutôt d’armes traditionnelles.

L’anglais copy ne signifie pas «copie», mais exemplaire : give me a copy of  this book, of the newspaper.

La course est l’action de courir, mais en anglais, course, de genre neutre, signifie aussi bien cours que parcours (d’un courant d’eau), lit (d’une rivière), succession, suite, voie, carrière, tandis que course, de genre masculin, signifie tant champ, terrain de course, hippodrome que courant (de pensée), genre (de vie) et service (à table) : the main course of a meal est le plat principal d’un repas. Et of course signifie évidemment, bien sûr, certainement.

Le nom court, en français, s’applique exclusivement à un terrain aménagé pour le tennis. Il a aussi ce sens en anglais, mais il s’applique d’abord à une cour royale, à un haut tribunal et aussi à une ruelle, à un passage étroit, à une impasse. Et pourtant cour et court viennent tous deux de l’ancien français cort (1080), curt (du lat. pop. cortis, curtis, cour de ferme).

 

Stéphane Brabant

À suivre. (janvier 2018)

 

Et aussi