Les objectifs de DLF Bruxelles-Europe sont :

  • la défense de la diversité linguistique dans les institutions européennes implantées à Bruxelles et ailleurs ;
  • la défense de la langue française en tant que langue de travail et de communication dans lesdites institutions et leur environnement ;
  • DLF Bruxelles-Europe–Claire-Goyer entend agir pour le rayonnement de la langue française comme langue de culture universelle, en liaison avec toute autre instance présente ou à venir poursuivant des objectifs semblables au sein de l’Union européenne et dans le monde.

À cet effet, DLF Bruxelles-Europe :

  • veille au respect du multilinguisme dans les instances européennes et internationales et dans leur environnement ;
  • favorise la promotion de la langue française en tant que langue de communication internationale
  • encourage le débat public sur les thèmes relatifs à la langue ;
  • organise des actions en faveur de la diversité culturelle et linguistique.

Président : René Goyer, retraité de la Commission européenne
Secrétaire générale : Véronique Likforman, professeur retraité, correcteur-traducteur
administrateurs :
Elizabeth Aflalo, ingénieur
Michel Gaspard, écrivain, ingénieur, économiste, spécialiste du développement de grands projets européens
Laura Leprêtre, coordinatrice pédagogique en Communication et Politique Européennes à l’IHECS, présidente de Cafébabel-Bruxelles
Christian Tremblay, chef d’entreprise, président de l’Observatoire européen du plurilinguisme

Membres d’honneur : Pouria Amirshahi (député de la 9e circonscription des Français établis hors de France – Afrique du Nord et de l’Ouest), Philip Cordery (député de la 4e circonscription des Français établis hors de France – Benelux), Quentin Dickinson (journaliste, lauréat Prix Richelieu), William Frei (ministre de la mission de la Suisse auprès de l’Union européenne, chargé des relations avec le Parlement européen), Miguel Angel Martinez (ex-vice-président du Parlement européen, vice-président du conseil de direction de la Maison de l’Histoire européenne), Jean Quatremer (journaliste spécialisé dans les questions européennes, lauréat Prix Louise Weiss du journalisme européenPrix d’Éthique journalistique et de l’Orientation européennePrix RichelieuPrix Initiative européenne).

 

 


Déclaration de mission de Claire Goyer, fondatrice de l’association DLF Bruxelles-Europe Comment promouvoir le plurilinguisme au sein de l’Union européenne ? Que disent sur ce point les traités fondateurs ? Pourquoi observe-t-on une dérive générale vers l’anglais ? Quelles sont les possibilités de préserver la diversité des langues ?
Autant de questions auxquelles a répondu Claire Goyer. Claire Goyer, française vivant à Bruxelles, proche des institutions européennes, ancien professeur d’anglais, a fondé, en avril 2005, une section de l’association Défense de la langue française (DLF) dont l’appellation même révèle les objectifs : Diversité linguistique et langue française Bruxelles-Europe.
À Claire Goyer, Canal Académie a d’abord posé une simple question : Pourquoi avoir créé une section de Défense de la langue française à Bruxelles ? La présidente a d’abord rappelé que DLF est une association française, créée par Jean Dutourd, de l’Académie française. Son comité d’honneur regroupe un bon nombre d’académiciens dont Hélène Carrère d’Encausse, Erik Orsenna, Jean Cluzel, président de Canal Académie. DLF existe depuis 1958. Son objectif est multiple : entre autres, faire rayonner la langue française et en défendre l’emploi. Elle a par ailleurs mandat pour faire appliquer la loi Toubon.

En Belgique, pays de grammairiens tels que Maurice Grevisse et son successeur André Goosse, il y a aussi de nombreuses associations consacrées au français et à la francophonie. En créant cette section, l’objectif de Claire Goyer n’était pas d’entrer en concurrence avec elles. Mais il était temps de mobiliser la société civile autour d’un groupe de pression décidé à se faire l’écho de l’inquiétude engendrée par la dérive vers le tout-anglais dans les administrations européennes : dérive en contradiction non seulement avec la lettre des traités mais aussi avec l’esprit même de la construction européenne.
Rappelons-en la devise : « Unie dans la diversité ».


DLF (diversité linguistique et langue française) Bruxelles-Europe-Claire-Goyer est une association (ASBL), et une délégation de DLF (Défense de la langue française) qui compte plus de 3 000 adhérents répartis dans vingt-quatre délégations en France et dans le monde.

Défense de la langue française   http://www.langue-francaise.org/DLF7.jpg  Créée en 1958, selon les dispositions de la loi de 1901, l’association Défense de la langue française rassemble une partie de ceux qui, pour reprendre les termes de leur président Jean Dutourd (†), de l’Académie française, considèrent que le français est notre trésor. Objectifs :

  • Assurer aux Français l’accès à l’information et à l’expression en langue française, en France, dans tous les actes de la vie, conformément à la loi.
  • Assurer la sauvegarde des qualités qui ont longtemps valu au français la précellence au sein des langues européennes, en s’opposant en particulier à l’invasion incontrôlée et nuisible, des vocables étrangers.
  • Enrichir le français pour l’adapter à la vie moderne.
  • Œuvrer à son rayonnement dans le monde.

Avec le soutien de la Délégation générale à la langue française et aux langues de France, la revue Défense de la langue française paraît quatre fois par an. Elle contient de nombreux articles sur notre langue, généralement rédigés par les membres de l’association. Outre les cercles (Cercle Blaise-Pascal, Cercle des enfants , Cercle franco-allemand Goethe , Cercle François-Seydoux , Cercle des journalistes, Cercle Paul-Valéry), DLF organise des concours et remise de prix (Prix Richelieu , Le Plumier d’or, La Plume d’or), ainsi que des déjeuners périodiques réunissant une centaine de personnes autour d’un conférencier de talent, et bien d’autres activités. Le président de DLF est M. Xavier Darcos, de l’Académie française.

Comité d’honneur de DLF
De l’Académie française : Mme Hélène Carrère d’Encausse, secrétaire perpétuel, MM. Gabriel de Broglie, Alain Decaux, Marc Fumaroli, Amin Maalouf, Érik Orsenna, Yves Pouliquen, Jean-Marie Rouart. De l’Académie des sciences : Laurent Lafforgue, médaillé Fields. De l’Académie des sciences morales et politiques : MM. Gabriel de Broglie, Jean Cluzel, Jean Mesnard, Jean-Robert Pitte. De l’Académie nationale de médecine : MM. les professeurs, Pierre Delaveau (), Henri Laccourreye, Yves Pouliquen. De l’Académie nationale de pharmacie : MM. les professeurs, Pierre Delaveau (), Maurice Leclerc, François Rousselet. MM. Élie Bzoura, Bernard Paul-Métadier. De l’Académie nationale de chirurgie dentaire : MM. les professeurs Charles Berenhole, Simon Berenhole, Yves Commissionnat, Pol Danhiez, Georges Le Breton, Louis Miniac, Roland Peret, Yves Vanbesien, Louis Verchère. Autres personnalités : Mme Laura Alcoba, professeur d’université et écrivain ; MM. Olivier Barrot, journaliste et écrivain, Philippe Bouvard, journaliste et écrivain, Armand Camboulives, président honoraire à la Cour de cassation, Jean-Laurent Cochet, artiste dramatique et metteur en scène, Benoît Duteurtre, musicologue et écrivain, André Ferrand, sénateur, Franck Ferrand, journaliste, Louis Forestier, professeur émérite à la Sorbonne, Jacques Le Cornec, ancien préfet, Jacques Legendre, sénateur, Jacques Monge, secrétaire général des Amis de l’E.N.S., professeur émérite à la Sorbonne. Membres d’honneur étrangers : Son Excellence Abdou Diouf, secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie, MM. Giovanni Dotoli, universitaire et écrivain, Radhi Jazi, correspondant de l’Académie nationale de pharmacie, Abdelaziz Kacem, écrivain, Jean-Pierre de Launoit, président de la Fondation Alliance française, James Lawler (), professeur à l’université de Chicago, Salah Stétié, écrivain, Heinz Wismann, philosophe et philologue.
• Siège administratif : 222, avenue de Versailles 75016 Paris •